Category: La gazette de StEx

Des liants et des pigments.

Des pigments et des liants.

Le mardi 6 novembre à Antibes, nous sommes arrivés à 7h50 au collège et nous en sommes partis à 8h00.
Nous avons un peu marché pour prendre le bus nous emmenant à Antibes.
Le trajet a duré plus d’une heure et nous sommes arrivés à 10h00 à Antibes. Nous avons alors encore un peu marché afin d’aller au Musée Picasso.
Enfin arrivés, nous avons rencontré Marie. Dans son atelier, elle nous a expliqué qu’avant la technologie n’existait pas et que du coup, pour obtenir de la peinture il fallait mélanger des pigments avec des liants.
Ensuite, elle nous a emmenés à intérieur du musée et elle nous a présenté deux tableaux : «Nu debout» et «Nature morte à la bouteille, à la sole et à l’aiguière».
Marie nous a alors expliqué comment et avec quoi Pablo Picasso avait fait ses tableaux.
Le premier tableau a été fait avec de l’encre de Chine (l’encre provient du poulpe).
Et le deuxième tableau a été réalisé au fusain.
Ensuite, nous sommes retournés à l’atelier où Marie nous a proposé d’effectuer des mélanges avec différents liants et pigments . Nous avons alors créé nos propres couleurs.

Tests

Puis, nous sommes partis, heureux d’avoir rencontré Marie et d’avoir appris à créer des couleurs. Nous avons repris le train en direction du collège où nous sommes arrivés à 13h30.

Kassandra 5e7.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/des-liants-et-des-pigments/

Des contes…

Ce jeudi 22 et ce vendredi 23 novembre 2018 c’était le festival du livre au collège Saint-Exupéry !
Pour l’occasion les élèves de 6ème 5ème et 3ème espagnol ont profité de l’intervention de conteurs et de conteuses pour leurs raconter d’étranges histoires.

Catherine Bouin

Les 6ème ont pu pour leur plus grand plaisir écouter Catherine Bouin, une conteuse avérée qui a su capter nos jeunes en leur faisant découvrir « Peau d’ours » un conte des célèbres frères Grimm.
La conteuse a tout d’abord demandé aux élèves « qu’est-ce qu’un conteur ? » On peut se poser la question, effectivement ! Est-ce un métier ? une passion ? A vrai dire souvent les deux ! Et oui, les conteurs existent depuis la nuit des temps. L’homme a toujours perpétué cette tradition orale en contant de génération en génération légendes et contes pour combler notre imagination.

Magali Cottereau

C’est Magali Cottereau qui s’est chargée de transmettre aux 5èmes les récits et les aventures de Perceval, le chevalier de la table ronde entre quelques accords de sa harpe Celtique ! L’œuvre de Chrétien de Troyes est en effet au programme de 5ème.

Clara Pinero et David Razon

Les 3ème ont rencontré un duo franco-espagnol composé de David Razon et de Clara Pinero qui a su capter l’attention de ces ados parfois réticents au début mais qui se sont finalement laissés emporter par l’histoire du jeune guerrier Kofi qui a préféré choisir la voix des contes et de la sagesse à celle de l’honneur.

Alors on n’a plus qu’une chose à dire, à l’année prochaine !

 

Eliot.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/des-contes/

L’effondrement du Rana Plaza

Le Rana Plaza est un immeuble qui s’est écroulé à Savar, situé à l’Ouest de Dacca, la capitale du Bangladesh, le 24 avril 2013. Cette catastrophe a provoqué au minimum 1 127 décès et environ 2 500 rescapés.
Il y avait 12 entreprises qui produisaient dans ce bâtiment, dont les marques Benetton, El Corte Ingles, KiK et Mango.

Photographie de Photographie de l’effondrement du Rana Plaza Adresse de l’image : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0c/Dhaka_Savar_Building_Collapse.jpg

En mai 2013, un accord avec les syndicats pour assurer la sécurité des gens travaillant dans ce même bâtiment a été signé par plus de 200 entreprises. Il abrite des ateliers textiles du Bangladesh. Les salariés ont été les personnes concernées par cet éboulement, d’ailleurs, les ouvriers avaient signalé, avant l’écroulement, des fissures apparaissant sur les murs mais la direction leur a ordonné de continuer le travail.
« Ce drame a éveillé les consciences chez les grandes marques de vêtements »
Ainsi, cet écroulement est devenu un symbole de la négligence de l’industrie du textile développée au Bangladesh et de l’abus de la fast fashion. Le plus grand drame de l’industrie textile est donc, sans doute, l’effondrement du Rana Plaza. « Les images de la fabrique de textile effondrée, la détresse des familles des 1 127 morts, les blessés et les vêtements de marques bien connus dans les décombres ont marqué les rétines et suscité une vague d’indignation »1.

Sandie et Elisa 4e3g1

 

Notes de bas de page :
1- https://www.sudouest.fr/2014/04/22/effondrement-meurtrier-d-une-usine-de-textile-au-bangladesh-ou-en-est-on-un-an-apres-1532868-4803.php

Adresses des sites internets :
1-https://www.liberation.fr/planete/2018/04/24/bangladesh-cinq-ans-apres-le-drame-du-rana-plaza-l-heure-du-bilan_1645511
2-https://www.lexpress.fr/styles/mode/l-effondrement-du-rana-plaza-symbole-des-abus-de-la-fast-fashion_1899144.html
3-https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_du_Rana_Plaza

Les sources :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_du_Rana_Plaza
https://www.lexpress.fr/styles/mode/l-effondrement-du-rana-plaza-symbole-des-abus-de-la-fast-fashion_1899144.html
Bangladesh : quatre ans après la catastrophe du Rana Plaza, la …https://www.francetvinfo.fr › Monde › Bangladesh
https://www.publiceye.ch/fr/campagnes-et-actions/appels-urgents-de-la-campagne-clean-clothes/bangladesh-effondrement-du-rana-plaza/
https://www.sudouest.fr/2014/04/22/effondrement-meurtrier-d-une-usine-de-textile-au-bangladesh-ou-en-est-on-un-an-apres-1532868-4803.php

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/leffondrement-du-rana-plaza/

LES OUVRIERS DE LA MODE

La mode, sous ses aspects merveilleux, cache des conditions de travail effroyables

90 % des salariées enceintes subissent une fin de contrat dans les grandes usines du textile en Inde et au Cambodge. Pour celles qui réussissent à garder leur emploi, elles restent le plus longtemps possible au travail avant l’accouchement quitte à se mettre en danger. Le rythme de travail est insupportable et comme le dit une ouvrière « On ne mange pas assez. On ne peut même pas s’arrêter pour aller aux toilettes. On retourne parfois à l’usine, en dehors des horaires, pour finir le travail 1».

Il faut aussi parler des multiples accidents dans ces usines de textiles comme l’effondrement du RANA PLAZA, le 24/04/13, qui a causé la mort de 1127 ouvriers alors que la veille ils auraient signalé l’apparition de fissures mais rien n’a été fait, ou, un incendie dans la zone industrielle de d’AOHILLIA dans une manufacture de textile, en novembre 2012, qui aurait causé de nouveau 7 morts.

Mais revenons-en à la sur exploitation des ouvriers, pour appuyer ma parole, d’après une ouvrière, je cite « J’ai cousu des vêtements pendant huit heures, pour 4 dollars 2» et n’oublions pas combien coûte nos chaussures, nos jeans, nos survêtements de marques. Les enfants aussi subissent ces conditions de travail. D’après l’ODI (Institut de développement outre-mer), au Bangladesh 15% des enfants de 6 à 14 ans arrêteraient l’école car les parents seraient obligés de les faire travailler et ce chiffre passe à 50% pour les enfants de 14 ans. Ces enfants travaillent près de 64 heures par semaine pour des marques de vêtements internationales. Le travail des enfants dans le secteur du textile (qui pèse 30 milliards dans l’économie du Bangladesh) est en pleine expansion et du côté des responsables, on affirme que des enfants travaillent pour eux et qu’ils n’ont aucun souci avec les autorités du Bangladesh qui n’agissent pas contre ça.

Face à cette réalité, on peut en conclure que chaque achat fait à ces usines de la mode cautionne cette industrie.

Theo F et Timéo A 4e3g1

Notes :
1. ZONSZAIN, Marie Laure Femme actuelle « Les effroyables conditions de travail des employées des usines H&M en Asie » 30/05/2016 dans
https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/usines-h-m-asie-grossesse-conditions-de-travail-employees-30334 consulté le 16/11/2018

2. Bigbrowser.blog.lemonde.fr «  Des blogueurs de mode scandinaves découvrent la vie d’un ouvrier du textile au Cambodge » http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/01/21/dans-sweatshop-des-blogueurs-mode-se-confrontent-a-la-vie-douvriers-du-textile-au-cambodge/

Sources
1 http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/01/21/dans-sweatshop-des-blogueurs-mode-se-confrontent-a-la-vie-douvriers-du-textile-au-cambodge/
2 https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/usines-h-m-asie-grossesse-conditions-de-travail-employees-30334
3 https://www.huffingtonpost.fr/helene-brunetrivaillon/exploitation-main-doeuvre-bangladesh_b_3215732.html
4 https://www.consoglobe.com/travail-des-enfants-64-heures-par-semaine-au-bangladesh-cg

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/les-ouvriers-de-la-mode/

Le collège change de nom…

https://madmagz.com/fr/magazine/1313851

Les élèves de 4ème, ici surtout 4eme 4 et 4eme 5 proposent de changer le nom du collège. Pour qui voterez-vous ? Faites vos choix sur : https://madmagz.com/fr/magazine/1313851

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/le-college-change-de-nom/

La sixième 2.0

source : PxHere

La rentrée en sixième est une étape très importante de la vie car nous rentrons dans l’adolescence. À l’âge de 11 ans nous appartenons à la cour des grands. Cette étape est la plus difficile de notre vie car nous devons être autonomes et nous devons accepter l’égalité entre tous. Chacun est différent des autres, qu’on soit de différentes couleurs ou de différentes religions et nationalités, nous sommes tous égaux ! Être respectueux envers les autres est une question de loyauté.

« À la rentrée, je n’étais pas stressée car je savais que tout allait bien se passer. Au début j’ai eu du mal à m’intégrer et au fil des jours je me suis affirmée et je me suis fait des amis. Quoi qu’il arrive il faut toujours rester soi-même ! »

Ellie, élève en sixième de Saint-Exupéry.

« J’ai eu un petit peu peur car je ne savais pas comment ça allait se passer, je me demandais si j’allais réussir à m’intégrer auprès des autres. Je trouve que le collège est plus sévère. Quoi qu’il arrive, les vrais amis sont ceux qui restent, il faut s’intégrer et ne pas avoir peur d’être rejeté car nous sommes tous égaux !»

Jade, élève en sixième de Saint-Exupéry.

 

Article de Elodie, Ellie, Jade, Shani sur une idée de Elodie.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/la-sixieme-2-0/

Les 4e3 assistent à un double assassinat dans la rue Morgue…

« Vendredi, nous sommes allés voir une pièce de théâtre qui a duré 1h15 » commence Eva.

Pour les 4eme, la durée du spectacle est importante. Tout comme le début. Certains ont eu « du mal à accrocher au début ».  Il faut dire que le monologue peut décourager ! Rapide, il cherche à exposer la scène, mais seul, cela a donné à certains l’impression qu’il « parlait trop ».

Heureusement, ils sont d’accord pour dire que « la suite est pas mal » voire bien !

« La mise en scène était super, les couleurs, les lumières, le décor. Bravo au metteur en scène ! L’arrivée du Chevalier Charles Auguste Dupin a dynamisé la pièce. L’intrigue et les suspects étaient bien choisis. Le dénouement était vraiment inattendu, l’orang-outan a fait son effet. » Manon.

« J’ai aimé cette pièce car je trouve le décor original et attirant. Après les cinq longues premières minutes, on commence à entrer dans l’histoire et l’enquête. Les personnages sont drôles et attirants. Ils jouent très bien leur rôle et se prêtent au jeu. La partie que j’ai préférée est quand les personnages sont dans la chambre de la vieille dame et de sa fille et qu’ils cherchent des indices pour trouver le meurtrier. On ne s’attend pas du tout au dénouement. Les effets spéciaux permettent de rendre la pièce plus attirante et qu’elle ressemble à un film. » Kallisté

« Le début était un peu long au démarrage, on a eu du mal à se mettre dans l’histoire. Mais le dénouement est génial, la scène est racontée avec un nombre de détails impressionnant. La mise en scène est innovante, les acteurs rentrent vraiment dans leurs personnages et jouent très bien.  » Amaël

Alors, un bon moment finalement pour ces élèves…

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/les-4e3-assistent-a-un-double-assassinat-dans-la-rue-morgue/

Une visite au cœur des Archives de Nice

Les 5e4 et les 5e5 ont pu découvrir ce bâtiment lors d’une sortie organisée par leur professeur de français.

Les archives départementales de Nice

Un papier vieux de 100 ans, mais toujours en bon état ?
Que ce soit par l’humidité, la moisissure, les insectes ou le feu, le papier est souvent dégradé.
C’est dans l’atelier de restauration des archives que Bernard nous présente comment reconstituer un texte ou un livre dégradé voire illisible. Il y a pleins de petites astuces.

La colmateuse par exemple, qui convient surtout pour tous les types de documents papiers, permet de boucher les trous dans le papier. Le colmatage s’effectue avec des fibres papetières issues de résineux (pin…), feuillus (eucalyptus, bouleau…) ou de plantes annuelles (coton). Ces fibres se présentent sous forme de boulettes.
Elles sont ensuite mises en suspension dans l’eau à l’aide d’un désintégrateur qui comblera les trous.
Pour ne pas faire de faux, on laisse les blancs quand il est impossible de lire ce qui manque. Bien sûr ce travail est réversible, on peut toujours revenir en arrière.

Manuscrit en cours de restauration

Une fois restauré, on passe à la reliure, ce qui va permettre d’assembler les cahiers afin de ne pas perdre une seule page et de tout protéger.
Elle s’effectue à l’aide de cousoir pour relier les pages, ensuite de carton pour la couverture.

Il ne manque plus que la dorure à la feuille d’or, elle s’utilise principalement pour les titres, les tranches ou encore les dessins originaux.

Une salle sous haute protection.
Une fois restauré, le papier est stocké aux archives.
Avant le stockage, les documents sont nettoyés, décontaminés, puis mis en quarantaine. Ils sont ensuite archivés, dans une salle éclairée avec des ampoules neutres, pas de fenêtre, la climatisation à 15° avec une humidité stable à 45 % dans l’air. Tout cela dans le but d’éviter les agents dégradateurs du papier.
Il a aussi des détecteurs de fumée. Si un incendie se déclenche, le personnel doit quitter la salle dans les 10 secondes, avant que l’oxygène soit retiré de la pièce et remplacé par de l’argon, ce qui permet d’éteindre le feu dans dommage pour les documents.

Les archives contiennent des documents parfois encombrants, avec des grands formats, des cartes ou des sceaux. Ainsi, une bulle papale nous a été présentée. Elle était rangée à plat, dans une salle différente, de façon à ce que le stockage ne l’abime pas.

La visite s’est terminée avec un atelier de réalisation de sceaux, sur des citations choisies par les élèves et calligraphiées par leur professeur. Un joli souvenir.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/une-visite-au-coeur-des-archives-de-nice/

Touchons les oeuvres, on les verra…

Devant une oeuvre de Picasso

Guidés par les élèves de 4°7 Segpa et Marie, médiatrice au musée Picasso, les mal-voyants de l’association Valentin Haüy ont découvert une sélection de quelques œuvres du musée. Mais comment fait-on pour voir dans un musée où on ne peut rien toucher quand on n’y voit rien ou pas grand chose ?
Continue reading

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/touchons-les-oeuvres-on-les-verra/

Des oeuvres d’art contemporaines au CDI.

Le CIAC, Centre International d’Art Contemporain de Carros, prête au Collège 5 oeuvres d’art contemporain.

Exposition à venir voir pour tester l’imagination des artistes.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clg-saint-exupery.ac-nice.fr/des-oeuvres-dart-contemporaines-au-cdi/